Service culturel DLVA :

Patrimoine Culturel

Patrimoine culturel

Fondation Carzou

 
fondation
 

Archives


Un patrimoine historique exceptionnel
Créées dès la constitution de la ville de Manosque par Guillaume de Forcalquier, les archives nous renseignent sur les rapports complexes qu’entretenait Manosque avec l’ordre hospitalier de Saint Jean de Jérusalem, avec l’Eglise et avec le pouvoir royal notamment au travers d’une riche correspondance de François I, Henri II, Catherine de Médicis, Marie de Médicis, Louis XIII ou encore Louis XIV.
Le fonds de l’ancien hôpital Sainte-Barbe apporte une documentation précieuse en matière d’histoire sociale.
Au niveau de la ville de Manosque, toutes les délibérations du conseil municipal sont conservées de 1366 à aujourd’hui.
Les registres paroissiaux et d’état civil sont à la disposition de la recherche généalogique.

Contacts
Anne REGA-VANCAUWENBERGHE
04.92.70.54.58./ 04.92.87.00.55 (pendant les horaires d’ouverture au public)
archives@dlva.fr ou arega@dlva.fr
Jérôme ROCCHI (pour les archives administratives)
04.92.70.35.17 / jrocchi@dlva.fr

 
 

Musées

Musée d’archéologie et de la gypserie, Hôtel de Mazan-Riez


Pour cause de travaux, les collections du musée ne sont actuellement pas accessibles au public.
Le futur musée d’archéologie et de la gypserie, Hôtel de Mazan à Riez présentera des collections archéologiques lapidaires d’époque gallo-romaine de l’ancien musée lapidaire de Riez, créé en 1929 par Marcel Provence.
L’Hôtel de Mazan, du XVIe siècle, classé monument historique en 1988, abritera la section archéologique de la période antique à l’An Mil du territoire de Riez, ancienne capitale régionale puis siège d’évêché dès le Ve siècle.
La seconde section consacrée à l’art de la gypserie, aura pour pièce maîtresse l’escalier Renaissance de l’édifice.

 

Musée gallo-romain de la Tour de l’horloge à Saint-Martin-de-Brômes


En 1972, deux sépultures gallo-romaines sont mises au jour lors de travaux d’aménagement. Grâce à une souscription, le petit musée voit le jour et présente au public l’une des deux sépultures découvertes. Datée du IVe siècle de notre ère, elle est composée d’un sarcophage de plomb et d’un mobilier funéraire : vases en céramique commune, soie de couteau et monnaies.
Le musée conserve également un fragment de borne milliaire découvert à la fin du XIXe siècle en limite sud du village. Datée de la deuxième moitié du IIIe siècle de notre ère, elle jalonnait la voie antique Riez/Aix-en-Provence.
Enfin, deux panneaux d’exposition présentent les résultats de la fouille de l’oppidum de Buffe-Arnaud réalisée en 1992. Cet habitat de hauteur occupé dès 525 avant notre ère sera détruit durant la seconde moitié du IIe siècle avant notre ère. Un incendie ravage le site qui est alors abandonné. Cette destruction est à mettre en relation avec les campagnes militaires menées par les troupes romaines contre les tribus indigènes. La fouille a notamment révélé un système défensif complexe, dont une tour-porte exceptionnelle pour le sud de la Gaule.

Infos + De mai à septembre du dimanche au vendredi, de 15h à 19h
Entrée gratuite
.